L’aménagement de mobiliers légers… mode d’emploi et retours d’expériences

Vendredi 28 avril 2017

Projets réalisés l’espace d’une journée ou sur plusieurs mois, les aménagements légers dans l’espace public peuvent avoir différentes formes et avoir une durée de vie plus ou moins longue…
Ils répondent à des envies d’habitants ou de structures locales, sont conçus sur mesure et génèrent une nouvelle dynamique pour l’espace investi. Un nouveau souffle pour le cadre de vie des habitants qui peut donner naissance à d’autres envies !


Retour d’expériences, les Geckos

Gecko #2, quartier Saint-Mauront, Marseille

Situés dans la cité du parc Bellevue et ses abords (13003), trois aménagements conçus en concertation avec des habitants. Le projet a débuté en mars 2015 et se poursuit aujourd’hui (printemps 2017).

Le 1er Gecko est né d’une demande d’habitants concernant la rénovation des espaces publics. Le projet a été défini avec un groupe de jeunes « le Conseil Local de la Jeunesse » qui a abouti à la commande d’agrès de musculation.

La Politique de la Ville de Marseille en parle avec le Cabanon Vertical et leur préconise de faire des :
– Aménagement temporaires, espace public réversible (aspect non définitif rassurant)
– Démarche participative de diagnostic partagé

C’est Cabanon Vertical qui porte le dossier, fait les demandes de subvention « investissement » à la Politique de la Ville, conçoit et réalise les aménagements. 80.000 € obtenus pour les 2 premiers geckos.
Choix de faire des aménagements sans fondation, en béton posés sur le sol pour que la réglementation soit moins contraignante.

GECKOS #1 « jeux, agrès sportifs » sur un terrain Ville de Marseille  // mars 2015

La démarche de concertation s’engage

Une convention de gestion est travaillée en amont avec la Ville. Le service espaces verts a en charge l’entretien et la gestion. Aussi demandent-ils des matériaux spécifiques qu’ils sont en mesure d’entretenir. Cette étape prend du temps. / / Autorisation de démolition 2 ans après la construction (car aménagements provisoires).

Chantier avec 4 jeunes Addap13 : plus-value d’expérience et de rencontre
Validation de l’aménagement par un bureau de contrôle

Temps forts événementiels, chantier de propreté, repas de chantier

GECKOS #2 « assises, espace de convivialité » // sept 2015

Usage préexistant fort sur la place Gamazé : rangée de messieurs qui se réunissent quotidiennement.

Travail de rencontre et dialogue, esquisse et aller-retour du projet (ajout d’ombrière par exemple)

Chantier avec 4 jeunes Addap13, repas sur place avec l’aide de Yes We Camp…

GECKOS #3 et 4 « espace ludique végétalisé » // 2016-17

Le travail  de concertation se poursuit : engagement sur plus longue haleine notamment avec l’aide du Fil à initiatives qui fait du porte à porte, des bureaux de rue et des réunions publiques. Cela aboutit à un nouveau cahier des charges, de nouveaux sites à investir (en cœur de cité) et finalement 2 nouveaux projets :

Geckos  #3, porté par Logirem (gestionnaire) mais propriété de la Métropole. Projet bloqué actuellement pour des questions juridiques.

Geckos #4 porté par Marseille Habitat avec un financement de leur part en investissement (80 000€) /Ils sont propriétaires et également gestionnaires : volonté de végétalisation, accès à l’eau.

Hiver 2016 débute la co-conception
Printemps 2016 présentation d’esquisse en bureaux de rue…
Eté 2016 : décisions par Marseille Habitat de refaire le sol : décale le calendrier du projet
Hiver 2016 : dessins techniques, préparation du chantier
Printemps 2017 : chantier avec des jeunes et l’Addap13

 


Bonnes pratiques

Temporalité du projet

De nombreux projets ambitieux ont commencé par de petites actions concrètes. Cela peut être des aménagements en palette ou matériaux recyclés qui répondent à un besoin d’un groupe d’habitants. Faciles à mettre en place, peu onéreuses, elles donnent confiance aux habitants et lancent une dynamique sur laquelle s’appuyer pour la suite. C’est aussi un bon moyen d’apprendre à se connaître entre partenaires et notamment avec l’opérateur spécialisé.

Portage du projet et gestion du site

– Partir d’une demande des habitants comme point de départ du projet est très intéressant. Mais il faut les accompagner, tout en leur laissant la main, pour que la dynamique ne retombe pas. L’appui d’un opérateur constructeur permet de passer à des propositions plus rapidement et par la suite à des premiers chantiers.

– Pour un aménagement conséquent, faire porter le projet par le propriétaire si possible (bailleur par exemple). Pour cela il faudra le convaincre notamment grâce à des retours d’expériences d’autres sites : peu de nuisances, coûts de gestion moindres qu’un espace laissé à l’abandon et qui sert souvent à des usages nuisibles.
Logirem, Marseille Habitat et HMP soutiennent ce type de projets dans certains quartiers de Marseille.

– Anticiper le plus tôt possible la gestion en trouvant le bon service qui assurera l’entretien :
Co-concevoir le projet avec les gestionnaires pour s’adapter à leurs contraintes.
Les rassurer de la faisabilité du projet : choix des matériaux, bureau de contrôle, respect des normes, retours d’expériences sur les coûts d’entretien…

Implication et lien avec les habitants

– Une médiation tout au long du projet est importante (présence sur le terrain…) pour expliquer, désamorcer les préjugés (« encore du temporaire, de la mauvaise qualité »), donner envie d’y participer, favoriser l’appropriation des aménagements. Une structure locale peut s’en charger, avec pourquoi pas l’appui d’un opérateur concertation /médiation.

– De nombreux partenariats avec des structures locales sont importants pour impliquer des publics variés (centre aéré et écoles, jeunes de l’addap13…). Ils peuvent porter sur la création d’un chantier éducatif, l’animation des aménagements une fois terminés.

– Le chantier est un moment propice pour organiser pour les habitants des événements et des ateliers publics (atelier cuisine pour un repas partagé sur site, atelier décoration des aménagements, atelier d’expression sur le quartier…).
Les caravanades sont très adaptées le temps du chantier : elles sont accueillantes, déploient des tapis et de la musique et en font un lieu festif et convivial.

Points de vigilance

– Un espace public concerne tous les riverains et usagers qui sont tous légitimes pour donner leur avis sur des nouveaux aménagements. Quand il y a des choix à faire, lesquels prendre en compte ? Questions à discuter avec les habitants.

– Un chantier « ouvert » n’est pas « accessible » à tous mais visible par tous. En effet accéder à un chantier demande à être équipé et les participants doivent être encadrés…
Comme le chantier attire la curiosité et crée une dynamique, il faut en profiter pour proposer en parallèle des animations, des événements conviviaux ouverts à tous (atelier cuisine pour un repas partagé sur site, atelier décoration des aménagements, atelier d’expression sur le quartier…)

– La terminologie désignant les aménagements modifie les contraintes normatives : « aire ludique » et non « jeux pour enfants » beaucoup plus contraignants au niveau des normes.

– Les normes de construction changent très régulièrement.

A savoir

Cabanon Vertical et la Politique de la Ville ont rédigé un guide méthodologique pour développer des projets d’aménagements provisoires.
Il est accessible en ligne ICI.

Un groupe de travail réunit régulièrement des techniciens de collectivités, aménageurs et bailleurs marseillais pour réfléchir comment faciliter la mise en oeuvre opérationnelle de ces projets. Plus d’information auprès de Pierrick Migliaccio à la Politique de la Ville.

 

 

 


Les opérateurs spécialisés en constructions légères

Réalisation du Cabanon vertical à Marseille

Cabanon Vertical réalise des structures architecturales dans l’espace public, de manière pérenne ou éphémère : qu’elles soient installations plastiques ou éléments de mobilier urbain fonctionnels, ces réalisations se conçoivent  avec (et pour) les habitants et s’inscrivant dans le quotidien d’une ville.

 

Réalisation du Colectif ETC à Crugny

Le Collectif ETC réalise des structures construites, du mobilier urbain, des scénographies, des dispositifs légers en impliquant les habitants.

 

Réalisation du Pôle éco-design à Salon de Provence

Le Pôle éco-design imagine et conçoit des solutions innovantes en matière d’ingénierie de projets, d’aménagement d’espace, d’équipement… en mêlant créativité, responsabilité environnementale et implication directe des usagers dans la conception de ses projets.

 

Yes We Camp et leurs Caravanades : caravane atelier (construction, bricolage et réparation), caravane interactive (accueil, médiation, radio et cinéma mobile, billetterie), caravane cuisine… Elles permettent de mettre en place des animations et constructions participatives de manière rapide (souvent en une journée), mobile et festive. A louer avec ou sans l’équipe de Yes we camp.

<- Retour à “Développer des actions dans l’espace public”

L’aménagement de mobiliers légers… mode d’emploi et retours d’expériences